Aller au contenu principal

Les amandes pourraient contribuer à minimiser la baisse des performances de la mémoire après un repas

Almond Board
avr 20, 2017

Nous avons tous vécu le brouillard qui suit le déjeuner. Nous savons pertinemment que nous devrions travailler dur mais nos esprits commencent à vagabonder, nous avons tous beaucoup de mal à nous souvenir de détails et à nous concentrer, voire nous commençons à nous assoupir. Ce phénomène connu sous le nom de « déclin cognitif post-prandial » ou « coup de barre de l’après-midi » existe bel et bien ? Une nouvelle étude financée par la Collective des Amandes de Californie montre que la consommation d'amandes dans le cadre d’un régime alimentaire pourrait contribuer à minimiser cette baisse de p

Nous avons tous vécu le brouillard qui suit le déjeuner. Nous savons pertinemment que nous devrions travailler dur mais nos esprits commencent à vagabonder, nous avons tous beaucoup de mal à nous souvenir de détails et à nous concentrer, voire nous commençons à nous assoupir. Ce phénomène connu sous le nom de « déclin cognitif post-prandial » ou «  coup de barre de l’après-midi » existe bel et bien ?Une nouvelle étude financée par la Collective des Amandes de Californie montre que la consommation d'amandes dans le cadre d’un régime alimentaire pourrait contribuer à minimiser cette baisse de performances*.

Quatre-vingt-six adultes en surpoids/obèses ont été choisis au hasard par des chercheurs de l’université de Purdue aux États-Unis pour suivre pendant 12 semaines l’un des deux régimes alimentaires hypocaloriques visant à leur faire perdre du poids. Le premier régime alimentaire était enrichi en amandes et incluait 15 % de calories issues des amandes alors que le second régime alimentaire, de contrôle, ne contenait pas de fruits à coque. Ces mêmes participants ont également été choisis au hasard au début et à la fin de l’essai pour manger soit un déjeuner à forte teneur en graisses incluant des amandes (55 % de calories issues d'amandes), soit un déjeuner à forte teneur en glucides sans amandes (85 % de calories issues des glucides).

Après le déjeuner, les chercheurs ont testé la mémoire et l’attention des participants à l’aide d’ un éventail de méthodes reconnues. Par exemple, lors des exercices de mémoire, une liste de 10 mots a été lue aux participants et il leur a ensuite été demandé de les mémoriser puis de les écrire. Lors des exercices d’attention, il a été demandé aux participants de parcourir une page contenant une suite de lettres puis d’y entourer la lettre « d » quand elle était accompagnée de deux tirets.

Une diminution de l'attention a ainsi été constatée chez les membres des deux groupes après le déjeuner.Les macronutriments (forte teneur en graisses ou forte teneur en glucides) n’ont eu aucune influence sur cette diminution. Les performances de la mémoire ont également connu une baisse après le déjeuner au sein des deux groupes mais les résultats des tests pratiqués sur ceux qui avaient consommé le déjeuner à forte teneur en graisses incluant des amandes ont montré une baisse moindre, ce qui montre que la consommation d’amandes pourrait être un moyen efficace de maintenir les performances de la mémoire après le déjeuner.

« Lorsque la teneur en sucre dans le sang est inférieure à la normale, la fonction cognitive peut décliner », explique Richard Mattes, PhD, RD, dont le laboratoire au sein de l’université de Purdue a mené cette étude. « Les amandes sont connues pour leur capacité à modérer la teneur en sucre dans le sang après le déjeuner et également lorsqu’elles sont consommées pour lutter contre les petites faims : ce qui pourrait expliquer la moindre baisse des performances de la mémoire si on consomme des amandes au déjeuner. »

La teneur relativement élevée en bonnes graisses (13 grammes) et en fibres (4 grammes) dans chaque poignée de 28 g d'amandes associée à leur faible teneur en glucides, pourrait permettre de maintenir la teneur en sucre dans le sang après chaque repas en ralentissant la digestion. La consommation d’amandes lors du repas peut réduire l’impact glycémique contribuant ainsi au maintien des teneurs en glucose à des niveaux optimaux pour la mémoire.

Résumé de l'étude :

Étude : Les objectifs de cette étude étaient d'évaluer 1) les effets aigus d’un déjeuner à forte teneur en graisses enrichi en amandes ou d'un déjeuner à forte teneur en glucides sur la baisse post-prandiale de la fonction cognitive et 2) les effets de la consommation chronique d'amandes dans le cadre d'un régime hypocalorique sur la partie de la fonction cognitive qui regroupe la mémoire et l'attention.

Quatre-vingt-six adultes en surpoids/obèses ont été choisis au hasard pour suivre soit un régime alimentaire enrichi en amandes, soit un régime alimentaire de contrôle sans fruits à coque sur une période de 12 semaines dans le cadre d’un programme visant à perdre du poids. Ces participants ont également été choisis au hasard pour consommer soit un déjeuner à forte teneur en graisses (A-HFL) (>55 % de l’énergie issue des graisses, les amandes représentant 70-75 % de l’énergie), soit un déjeuner à forte teneur en glucides sans amande (HCL) (>85 % de l’énergie issue des glucides) au début et à la fin du programme.

Résultats : Les performances en matière de mémoire et d'attention, notamment la concentration et les performances qualitatives, ont connu une baisse après le déjeuner. Le groupe A-HFL a connu une baisse moindre aux tests de mémoire par rapport à celle constatée pour le groupe HCL (P<0,05) alors que les deux groupes avaient connu des baisses similaires de l’attention. Les macronutriments présents dans le déjeuner n’ont pas eu d’effet sur la baisse post-prandiale de l'attention.

Limites de l’étude :

  • Des facteurs alimentaires autres que la composition du déjeuner pourraient influer sur la baisse post-prandiale des performances de la mémoire. Par exemple, la taille du repas pourrait avoir une influence sur la baisse post-prandiale de la fonction cognitive, mais cette étude n'a pas analysé l’influence de ce facteur.
  • Ce déclin post-prandial pourrait également être imputable aux rythmes endogènes ou une conséquence des effets cumulés du déjeuner, au lieu d'être imputable à la composition ou la taille du déjeuner.
  • D'autres causes de ce déclin post-prandial de la fonction cognitive telles qu’un pic d’insuline, une diminution de la concentration de cortisol et de la concentration sérique pourraient également avoir joué un rôle potentiel mais n'ont pas été étudiées.
  • L'éventualité que le programme en lui-même ait joué un rôle dans l’amélioration de la fonction cognitive est également une possibilité.

Conclusion : La consommation d’amandes a sensiblement limité la baisse post-prandiale des performances de la mémoire et pourrait être un moyen efficace pour les maintenir après le déjeuner.

 

*Dhillon J, Tan S-Y, Mattes RD. Effects of almond consumption on the post-lunch dip and short-term cognitive function in energy-restricted overweight and obese adults. British Journal of Nutrition 2017;117(3):395-402.

 

A propos de la Collective des Amandes de Californie

Les amandes de Californie sont un aliment naturel, sain et riche en nutriments. La Collective des Amandes de Californie soutient les cultivateurs par une approche de production et de marketing basée sur la recherche au nom de plus de 6,000 producteurs et transformateurs d’amandes en Californie dont la plupart sont des entreprises familiales. Créée en 1950 et basée à Modesto, en Californie, la Collective des Amandes de Californie est une organisation sans but lucratifqui gère l'Office Fédéral des Producteurs d'Amandes (Federal Marketing Order), sous la supervision du ministère de l’Agriculture des États-Unis.
Pour plus d’information sur la Collective des Amandes de Californie ou les amandes, visitez notre site Almonds.fr ou retrouvez nous sur Facebook.